Eiger ultra trail (101km 6600mD+)

L’Eiger trail est une des plus belle course et étape du world Disney land trail tour, l’Eiger trail et ses 101km me tentaient enormement depuis l’été passé. Donc feu pour cette année, se sera la seule fois ou je prends un dossard. Apres les Churfirsten je pense etre capable de ne passer que 12h à 12h30 sur le parcours.

image
J’ai la grande chance que ma Nati vienne me ravitailler durant le parcours. Je sais que sur le plan psychilogique c’est tres important et ca me met une patate d’enfer.

  
Depart donné à 4h30, apres quelques 1700m de D+ et une jolie cicatrice sur le tibiat j’arrive avec 5min de retard sur le premier.

  
  

   

   
Nati me ravitaille et je prends un comprimé de magnesium car j’ai un petit debut de crampe.

  
20min plus tard grosse envie de wc soudaine et nausée, je ne m’alimente plus mais arrive à boire, je Passe donc du mode course à celui rando. Je ne peux pas tenir ce rythme avec cette diarhee! Arrivé a mi course Nati me ravitaille Et me remonte enormement le moral, ca fait beaucoup.

La montée sur puis traversee sur Wengen se passe bien, l’effet « gravite du caca » etant moins pesant en montee qu’en descente! En plus je suis sauvé: j’ai emporté du papier WC.

Le mur de Mannlichen se passe pas mal .

  
Puis une traversee bien roulante nous amene sous un soleil de plomb à la Kleine Scheidegg. Nati m’a preparé avec amour un ravitaillement de follie avec de la pasteque, du maspin et un sourir à me botter les fesses comme Jamais pour finir cette course.

Je casse un baton en montant sous la face Ouest de l’eiger, la montee eat donc un peu plus dure. Puis on bascule sous la face Nord de l’Eiger qu’on longe par un Superbe santier.

  
Je prends bien le temps de regarder la face nord Et la Lauper que j’aimerai skier. Petite discussion au sujet de la Lauper avec un local sur le Chemin puis j’attaque l’interminable derniere bosse.

  
Arrivé au sommet une Joyeuse equipe d’enfants tient le dernier ravitaillement. C’est joyeux et bon enfant. J’arrive finalement en 15h11 à 3h du vainqueur à Grindelwald dans les bras de la fille que j’aime.

  
Je vais tres vite oublier la contre performance sportive, je vais juste l’analyser pour pas refaire pareil. Je garde dans mon coeur le soutien de Nati qui m’a permit de finir cette balade, qui m’a supporter dans cette aventure Et sans qui j’aurai tres certainement jamais fini. Merci mon coeur.

  
 

Les Churfirsten 

Il y a un de cela, au detours d’une conversation, Lucia, la maman de ma Natalie adorée me parle des 7 peaks. Un de leur voisin aurait enchainer une randonnée sur les 7 sommets des Churfirsten. Le défi fait tilt, enchainer dans la journée les 7 sommets depuis Wallenstadt Et Wallensee. Cela represente 5600m D+ pareil en D- pour 58km! Un truc peu roulant mais super beau! 

  
  
Apres une tentative qui tourne a une traversée sous les sommet au sud, je me lance dans cette grande balade le 1er juillet. Les premiers 1900m D+ jusqu’au Chäserrugg sont plutot roulant et je peux remplir mes 2 flasques de 500ml à l’arrivée du télépherique, je passe vite fait par le Hinderrugg puis redescent 700m plus bas pour commencer mon enchainement de montées/descentes sur les sommets suivant. Le Schibenstoll se fait tres vite puis je dois faire une petite pause sous le sommet du Zuestall pour laisser passer un orage. Je continue sur le Brisi puis sur le mega raide Frümsel. Je dois prendre le risque de remplir mes flasques aux fontaines mais je n’ai pas trop le choix, tant qu’il n’y a pas de vaches au dessus ca ira! Le dernier de la serie est plus roulant Selun. A chaque montée j’apprecie d’avoir enmene mes batons, les montées sont cassantes tant a la montée qu’a la descente, c’est dur. Pour pimenter le tout les orages se succedent, mettre la jacket, l’enlever….

Arrivé a Trit je decide de faire le 8eme, le Leistchamm puis je redescends sur le Wallensse à Weesen 10h 08 après… bien fatigué mais monstre heureux!!!

  
Bien cassé mais heureux je retourne auprès de mon adorée à Zurich avec Un fabuleux souvenir en tete.

Un pays que j’aime et qui m’a tant offert.

 
Samedi matin, je suis heureux car dans quelques minutes je vais retrouver la femme que j’aime puis France Info ma radio collporteuse de mauvaise nouvelle eteind toute ma joie: tremblement de terre au Nepal. Me revienne les images du tremblement de terre vecu en face sud du Shishapangma, des enormes avalanches qui avaient suivit ainsi que des degats dans certains quartiers de Katmandou. La radio crache des paroles apocalyptique:  » milliers de morts, degats materiels majeur, avalanches en montagne, manque d’eau, faim, manque de moyen… ». Mon coeur saigne pour ce peuple si attachant qui m’a acceuilli bras ouvert durant mes sejours himalayens. 

   
 

Face Nord du Mont Oreb 5.2 450m E2

Apres une superbe journee de shooting avec Alex il fallait feter comme il se doit le jour de conge de l’ami Adelin. Apres courte mais ô combien intense minute de reflexion a la gare du Buet nous optons pour la face Nord du Mont Oreb. 

  

Qu’il fut bon de prendre chaleur et soleil sur la voie normale du Buet, de faire le phoque en glissant sur une trace mega beton non degelee dans le vallon de Berard. 

 

Arrivé par la haut pres du sommet la corniche nous donne des envie de variante mais le fond dalleu nous rappel a l’ordre.

 

 

Se sera donc un joli corps mort pour passer la corniche sommitale, saine d’apparence.

 

  

 

Le couloir est etroit au sur le tier superieur puis s’elargit pour le restant.

 

  

 

 

  

  

 

Au retour pour eviter une fin canyoning nous optons pour le chemin d’ete qui suplante les gorges puis un petit bout de marche nous ramene au Vallon de Berard. 

face N de l’epaule de la tour Salliere (3011m). 900m 5.? E4

Le flanc nord de la Tour Salliere ce dresse face a nous, majestueux, imposant et austere. Adelin, a une forme « a gagner une Pierra Menta » et trace toute la montee, quand a moi, je me contente d’essayer de ne pas rendre mon frugal petit dejeuner. Le depart est commun sur les 50 premiers metres au Glacier Noir, nous les remontons au plus vite apres avoir essuye une chute de glace a la rimaye. Puis nous rejoignons la grande pente par un magnifique eperon.







Il faut Ensuite traverser la grande pente pour venir buter sur la barre sommitale.  Vient alors le passage cle LA traversee sous la barre. 





Cette traversee est superbe, elle se voit bien depuis Le Luisin mais tres peu une fois dans la face. Adelin trace dans tous les types de neige. J’ai quelque peu de mal a croire que nous la skierions.







Arrive a la sortie de la traversee « suspendue », Nous decidons de ne pas encore traverser pour rejoindre l’itineraire de Glacier Noir, nous partons tout droit dans un retrecissement inskiable d’une cinquantaine de metres.



 Sortis du goulet nous nous arretons peu avant l’epaule pour eviter de reveiller les dieux de la corniche! Petite pause sucre/eau, je n’en mene pas large. Nous placons deux rappel sur pitons et cordelettes pour le goulet. Puis on attaque a skis la traversee. Le depart des deux premieres combes est bien raide, peut etre un bon 55 degres (?). 









La traversee terminee la grande pente de neige offre de joli virages et de belles images.











Sur Le bas de la face nous filons droit en bas. Une petite desescalade de deux metres nous oblige a mettre les skis sur Le sac. Apres la traversee en longueur du lac, petite pause biscuits les yeux rivés sur notre descente… « oufissime ».

Encore une journee magnifique en montagne!!!

L’article de Outdoor Journal: http://www.outdoorjournal.in/slider/down-a-classic-line-atop-a-snowy-mountain-peak-in-chablais-alps/



Marathon de l’Engadine

Il y a trois mois de cela jamais Je n’aurai cru faire 42km en skating et surtout aime ce sport que je relayais au rayon de sport sans sensation, pas nature et pour vieux cons. Aujourdhui je passe tout emu et main dans la main avec mon amoureuse la ligne d’arrivee de l’engadine marathon. 

Natalie me dit d’un ton tres serieux en decembre passe: »Et Si on faisait le marathon de l’engadine! »,  a ce moment nous n’avons jamais fait de skating, Je fais bien du ski Et mon passe ai plus haut niveau en rink hockey peut me sauver, Nati  elle va devoir se rappeler de ses moments passe dur des skis. Le premier cours a lieu a Fiesch le premier Janvier, le constat est rude: on a Deux mois pour vraiment integrer le truc, mais ca vient vite, 6 journee de find plus tard nous voici au depart, a Maloja (souvenir de mal au ventre a l’irontrail). Le nombre de participants me fait peur, Surtout apres que Paolo Et Valentine m’aient decri l’apicalypse. On decide de partir dans le dernier bloc, ca se passe pas Trop mal. La piste est au top, on double, voit de belles gamelles, puis la premiere rude montee de Silvaplana est un amas de fondeurs a deux a l’heure se marchent dessus dans une soupe de neige. Juste Avant pontresina en doublant tout mon Monde a la descente Je tente mon premier saut a ski de fond sir une cassure Et Je m’epate en le posant. Nati me suit super bien malgre des chaussures un peu trop etroites qui lui fond mal depuis …. L’hotel! Elle m’epate ma championne! Par la suite on prend le vend de face Puis la neige devient plus molle mais rien n’aura raison du team Nati-Säbi! 

Un enorme week end dans mon coeur!

Un grand merci a Paolo, Wim Et Valentine pour les conseils.

Un immense Merci a ma Nati pour me bouger dans mes idees Et partager des moments Comme ceux ci.

















Le nouveau challenge de notre legendaire binome Marion-seb

Le binome de choc des cousins est de retours pour la Euskal trail dans le pays basque mi mai. http://www.euskalraid.com/parcours-40/

La course se deroulera sur deux jours avec 40km et environ 2600m D+ par jours.



Apres la decouverte de la course par equipe sur la Transalp Et une prometeuse 4eme place au general et 3 podiums, nous sommes de retours….. Ca va envoyer du gros.