Trail Verbier Saint-Bernard (110km 7100m D+)

L’année passée fût assez faste pour moi en trail, cette saison commence de façon un peu plus délicate. Me revoici donc au départ du trail verbier Saint Bernard, c’est un peu le trail du coin, des paysages qui me rappellent toutes mes sorties hivernales dans le Val ferret, bref ce doit être un grand moment de plaisir, et bien cette fois ci ce fût la grande galère. Le départ à 5h du matin est toujours aussi compliqué, la course part très vite et je me retrouve avec une dizaine de minutes d’avance sur mon temps de l’année passée à la croix de coeur, les batons (jamais testé à l’entrainement d’ailleurs) m’aide bien en propulsion à la montée. Entre la croix de coeur et le Levron je fait un bout de course avec madame Karine Herry et tout va top bien, bonne sensations, je n’ai jamais été aussi bien sur cette portion de parcours. Et puis après le Levron la galère commence, je commence a sentir mes mollets tirer et puis peu après je commence à avoir des crampes, j’essaye de continuer à courir mais plus possible et je dois m’arreter pour etirer mes deux mollets douloureux. Je bois tout ce que je peu, les crampes passent un peu mais je cours sur la retenue. A Sembrancher je suis quand même encore dans le top trente avec plus de 20min d’avance sur 2010. La portion jusqu’à Champex se fait sous une bonne grosse chaleur mais sans trop souffrir. A la descente de Champex l’improbable arriva, je me perds et entraine deux suiveurs avec moi, c’est alors qu’un gymkana nous entraine sur des sentes à flanc de côteau puis des pentes bien raides, expo et glissantes et se jusqu’à la route qu’il nous faut suivre sur 1km avant de remonter sur le tracé du trail, une bonne perte de temps ridicule. J’arrive à la Fouly avec 5min d’avance sur 2010 avec Mitch qui est venu me soutenir avec Elisabeth. A la fouly je fais l’erreure fatale de mettre trop de tablettes d’isostar dans ma poche à eau, quelques kilomètres après la Fouly cela va s’avérer fatalement maladroit car je commence à avoir des crampes d’estomac à la montée des lacs de la fenêtre, je n’arrive plus du tout à courir et la montée au col fût un enfer, la descente aussi d’ailleurs. Arrivé au col du grand saint bernard j’essaye bouillon, coca…mais rien n’y fait, je décide de m’arrêter là, la mort dans l’âme. Un grand merci à mitch et Elisabeth pour leur soutien. Prochain rendez vous de la saison les 80km du Mountainman dans le sens inverse de l’année passée, ça va être chouette le lever du soleil sur l’eiger! d’ici là cure de magnesium et sportaine dans le sac pour la prochaine course. Merci au photographe Mr Gérard Berthoud pour les photos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s